lundi 29 mai 2017

Disparition de Jean-Marc Thibault, un comédien populaire.

Crédits photo F Guillot/AFP

DISPARITION - Le comédien et fantaisiste, indissociable du regretté Roger Pierre, s'est éteint à l'âge de 93 ans. Il était l'un des piliers de la série Maguy avec Rosy Varte et Marthe Villalonga.
Il appartenait à une génération qui avait eu 20 ans pendant la guerre. Il avait débuté pendant cette guerre, après le cours Simon, avec une première apparition au théâtre dès 43, et des débuts au cinéma dans Premier de cordée de Louis Daquin, en 1944. Une génération qui avait appris combien l'art du comédien est important dans une société. Une génération de travail, d'humilité, de fantaisie, de goût du bonheur, mais une génération cultivée et audacieuse.


Ce n'est pas pour rien que cet homme plutôt classé comique - et qui, au théâtre, était souvent du côté du divertissement, du boulevard, mais jouait aussi de grands auteurs, Molière, Feydeau, Jules Romains, tant d'autres, avait été choisi pour la création d'une des plus belles pièces de Bernard-Marie Koltès, Quai Ouest, par Patrice Chéreau, sur une suggestion de François Koltès, frère de l'écrivain. C'était en 1986, à Nanterre-Amandiers.
Il y a sept-huit ans qu'on ne le voyait plus. Mais jusqu'à l'orée des années 2010, Jean-Marc Thibault a joué, au théâtre, à la télévision, au cinéma. On ne l'oubliait pas et l'on n'oubliait pas l'épatant duo qu'il forma avec le délicieux Roger Pierre, disparu en janvier 2010, et qui l'avait laissé orphelin.

Un des piliers de la série Maguy

Ce duo, les moins de cinquante ans, ne peuvent en avoir une juste idée. Il y avait Poiret et Serrault, Philippe Noiret et Jean-Pierre Darras, et il y avait Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, les plus délicieusement amicaux des grands comiques d'alors. Ils s'étaient rencontrés très jeunes, ils avaient commencé au lendemain de la guerre. Chacun de son côté avait fait du cabaret. C'était la grande école de l'après-guerre et on passait d'un lieu à l'autre pour gagner sa vie… Jusqu'à l'orée des années quatre-vingt-dix, ils avaient fait la joie du public à la télévision, animant notamment Les Grands enfants et participant à toutes les grandes émissions de divertissement du petit écran, se produisant sur scène et étant au cœur de films qui se montaient sur leurs noms, sur leur duo, sur leur complicité de camarades indéfectibles. De Jean Nohain à Maritie et Gilbert Carpentier, ils avaient apporté leur talent débonnaire à tous les animateurs, sur plusieurs décennies.

Crédits photo : Pascal George/AFP. 

On ne saurait ici citer tous les films, toutes les pièces de théâtre, tous les spectacles auxquels a participé Jean-Marc Thibault. A partir du milieu des années 80, tout en étant de la création de Quai Ouest, donc, il devient un comédien très populaire de la télévision, sans son complice et ami. Il est l'un des piliers de Maguy avec Rosy Varte, Marthe Villalonga. Dans ces années-là il tourne aussi La Tête en l'air, écrit par sa deuxième femme, Sophie Agacinski, comédienne et sœur de Sylviane, philosophe et épouse de Lionel Jospin.
Les listes de films, les listes de pièces de théâtre, ne suffisent pas à rendre compte du parcours d'un homme de cette trempe. Il n'y avait rien en lui de frivole, d'opportuniste, de narcissique. Il était, avant d'être un comédien, un homme, un honnête homme engagé dans le monde, engagé dans la vie. Attentif aux autres, attentif au destin de son pays, un citoyen et un artiste scrupuleux, humble. Il lisait, il s'intéressait à la vie culturelle et à la vie politique. On a appris sa mort alors que le palmarès du festival de Cannes commençait d'être dévoilé. Il avait toujours été loin des paillettes, mais il aimait ses camarades, son univers, sa famille, ses enfants. Une génération s'efface peu à peu. On n'oubliera pas la générosité de cet éternel Arlequin.

Sources : le figaro Par A Heliot



Mettre le lecteur "DEEZER" sur pause dans la colonne de droite du blog pour bien entendre la vidéo. 

2 commentaires :

  1. Merci, bel hommage qui ne se trompe pas de sujet ! Merci à vous pour la reprise et à Mme Helliot pour le texte.

    RépondreSupprimer
  2. Yohan D, de Paris30 mai 2017 à 18:41

    Adieu à un grand humoriste. Merci pour le très bel hommage.

    RépondreSupprimer

Les commentaires doivent être courtois et constructifs.
Merci de vous identifier, avec : «sélectionnez le profil» soit votre compte Google, ou un des autres choix et au minimum en choisissant : Nom / URL. Vous n’êtes pas obligé d’écrire votre URL ou nom de famille. Nous ne prenons pas les messages anonymes.
Les insultes et apparentés ne sont pas publiées.
L'équipe contact / modération.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...